Trust the timing of your life #HAPPY 2920

Bon, si tu n’as rien compris au titre c’est normal. J’ai tenté de teaser cet article par son titre mais je crois que c’est raté ! En fait, ces Happy 2920 ne sont pas juste une erreur de frappe pour écrire Happy 2020. On l’aura toutes et tous compris : l’année 2020 est assez mémorable à bien trop d’égards négatifs. Mais je ne m’attarderais pas trop là dessus.

Happy 2920 signifie surtout Happy 2920 jours dans le Nord pour moi, ou plutôt Happy 8 ans à Lille ! Je me rappelle encore quand j’ai débarqué sur Lille, en ce début du mois de septembre 2012, c’était vraiment compliqué.

Et en y repensant depuis quelques semaines, je me suis dit qu’écrire un article sur cette vie dans le Nord pouvait être intéressante pour tous les expats d’ici et d’ailleurs, qui appréhendent peut être une nouvelle vie, et puis pour vous qui avez l’habitude de me suivre, d’en savoir un peu plus sur moi.

Je passe souvent pour un ovni à confirmer aux gens que je ne veux pas redescendre vivre dans le Sud et cet article permettra aussi de remettre les choses dans le contexte et d’arrêter de me justifier.. Pas un article égocentrique, juste du partage d’expériences !

BACK IN THE DAYS

En février 2012, je finissais 18 mois de CDD dans un grand groupe que j’avais connu à l’occasion de mon master en 2007. Perspective d’avenir, sécurité de l’emploi (très importante à l’époque), évolution de carrière intéressante. Bref, une impossibilité de m’embaucher dans le Sud me fit donc regarder toutes les perspectives possibles dans ce même groupe, présent entre autres, sur tout le territoire français. Et surgit quelques jours après une annonce pour exactement le même poste que je venais de quitter à Marseille, mais à Lille..

Je vous passe le détail du recrutement qui n’a pas sa place ici mais surtout focuser sur mes premières fois à Lille. Une fois en avril et 3 fois entre juillet et août pour finaliser mon embauche, la quête de mon appart et tutti quanti .. Et à chaque fois, je vous le donne en mille : froid – pluie, bref comme on dirait  » un vrai temps du Nord ».

Avec ce côté déterminé et fonceur que j’avais déjà à l’époque, je suis donc allée au bout de la démarche et me voilà, CDI en poche, et débarquant dans ma nouvelle boite et dans mon nouvel appart’ ce fameux 3 septembre 2012.

Bye Bye MARSEILLE ..

MES DEBUTS DIN CH’NORD (dans le Nord en CHTI)

Je suis arrivée dans le Nord à un moment de ma vie où j’avais aussi ce besoin de m’émanciper à 100% de ma famille et d’être plutôt libre. Sans filet de sécurité d’avoir mes proches à portée de main. Ce fut ainsi chose faite.

Je suis donc arrivée proche de la trentaine, dans un collectif de boulot ô combien chaleureux (ce n’est pas une légende : les gens du nord ont dans le coeur la chaleur qui n’ont pas dehors !). Il a fallu m’acclimater non seulement aux moeurs des gens du Nord et de leur mentalité, mais aussi et surtout laisser derrière moi Marseille. Et c’est ce qui a été le plus dur pour moi : lâcher prise de cette vie d’avant. Le soleil. Les proches. Mes endroits préférés. L’accent chantant. Et cette lumière du soleil qui vous aveugle hiver comme été. Aussi, pendant plusieurs mois, je descendais aussi souvent que je le pouvais dans le Sud, pour couper de ma vie lilloise.

Quelques claques (et pleurs plus tard), de la neige pour mon premier hiver et avec la perspective de revenir à Marseille qui s’éloignait au fur et à mesure, j’ai donc pris la meilleure des résolutions : lâcher prise et vivre à fond cette vie là que j’avais choisi.

Et c’est là que tout a commencé.

L’ENTRE DEUX

Je ne sais pas si c’est l’âge aidant mais il est clair que plus la perspective d’être mutée dans le Sud s’éloignait et mieux je me sentais. J’ai pris aussi beaucoup d’assurance de par les gens que j’ai pu rencontrer professionnellement et amicalement. Et c’est ce qui a aidée à mon épanouissement.

Les amitiés, parlons en.

J’ai toujours été de ces filles qui connaissent beaucoup de monde car baignant dans divers communautés, s’intéressant à plein de choses et n’ayant aucun souci pour parler spontanément aux gens. C’est dans mon ADN. Aussi, j’avais un réseau de connaissances particulièrement sympa à Marseille, et également de solides amitiés depuis ma tendre enfance. Des amitiés qui se comptent en dizaines d’années.

Et repartir entre guillemets à zéro a été le plus dur. Devoir recréer des liens, assez forts pour que la barrière de se voir à pas plus régulier soit passée. Que la spontanéité des sms soit là. J’ai pu avoir de l’anxiété le vendredi soir arrivant car je n’avais rien de prévu avec qui que ce soit pendant le week end. Et je restais souvent seule. Certains moments ont été durs mais je me dis que dans la vie, il n’y a rien sans rien. J’ai pu ainsi penser davantage à moi, à prendre ce temps là pour me connaitre davantage et faire les choses rien que pour moi.

Et puis, la confiance reprise, j’ai pu vraiment m’ouvrir et créer des liens forts avec de belles personnes non seulement dans mon boulot, mais aussi au sport, via des réseaux de femmes, des personnes que l’on me présentait au fur et à mesure. Et ainsi les années sont passées et je peux dire aujourd’hui que j’ai recrée une vie ici et bien remplie.

ET AUJOURD’HUI ..

Quand j’ai commencé mon job à Lille en 2012, il était question d’un engagement moral de 3 ans sur mon poste, puis ensuite d’une mutation dans les Bouches du Rhône. Et huit ans plus tard, je suis encore à Lille !

Comme je vous l’ai indiqué, j’ai pu ainsi créer de vraies amitiés, fortes et solides qui se sont confirmées au fil des années. Et m’entourer des meilleur.e.s pour moi, dans ma vie pro et ma vie perso. En faisant le tri au fur et à mesure. Les meilleures amitiés de Marseille sont restées et ce sont celles qui me font courir à chaque venue (mais elles le valent bien!)

Une rencontre plus personnelle a frappé à ma porte sans que je m’en aperçoive et au fil du temps, avec son lot de moments positifs et négatifs, m’a fait aussi devenir la femme que je suis aujourd’hui. Une femme plus armée pour vivre les choses de la vie. Je garde le reste privé mais il était pour moi important de le partager.

J’ai donc appris de mon passé, de mes expériences et de mes rencontres. Et je sais aujourd’hui QUI JE SUIS à 99% et c’est l’essentiel.

Que cette vie lilloise est celle qui m’anime et m’épanouit tous les jours pour 1000 raisons. Même si des fois il fait plus gris dehors, dans ma tête ou dans mon coeur.

A venir : des projets professionnels que j’espère concrétiser bientôt. Un projet perso sur lequel je m’attèle depuis quelques semaines qui devrait voir le jour d’ici novembre, je l’espère. Et puis le développement de ce blog, cette passion et ce besoin de partager sur un media qui m’est propre.

Et si c’était à refaire (mes conseils).

  • Si vous êtes expat’ un peu loin de votre ville d’origine, un conseil : sortez, vivez, osez et parlez aux gens. Il n’y a que comme ça que le réseau se fera. En multipliant les rencontres.
  • Inscrivez vous dans des groupes où vous avez des affinités avec la thématique : peinture, musique, culture.. L’application ON VA SORTIR est plutôt cool pour ça ainsi que tous les groupes Facebook mis en place pour les « expats ». Fouillez sur le net : vous trouverez plein d’infos !
  • Impregnez vous de la culture locale en allant visiter le patrimoine culturel qui vous entoure. Que ce soit en France ou ailleurs, il y a toujours de quoi visiter. Même si on habite au fin fond du monde, je suis sûre que vous pouvez trouver un truc sympa à faire !
  • N’ayez pas peur d’être seul.e en terrasse ou au restaurant. Prenez un bon bouquin et posez vous. Regardez les gens passer et imprégnez vous de ce que vous voyez. Et parlez aux gens. Nourrissez vous de ça.
  • Perdez vous ! Dans une nouvelle ville que je ne connais pas, j’aime particulierement m’y perdre. Ne pas regarder mon Google Maps et marcher. Regarder les immeubles et l’architecture. Bref, se perdre est le meilleur conseil pour connaitre différemment une ville.
  • Lâchez prise ! Cela peut être dur mais notre cerveau (et notre corps) sont faits pour supporter les expériences de la vie. Alors lâchez prise, arrêtez de réfléchir et VIVEZ à FOND ! Life is too short.

J’ai écrit cet article dans mon Airbnb à Marseille où j’y étais début septembre. J’ai ainsi fêté mes 8 années loin du Nord ! Je regarde aujourd’hui Marseille comme une ville qui m’a vu grandir et qui abrite mes proches mais moins une ville dans laquelle je pourrais me projeter. Je crois que la période COVID et tout ce qui se passe en ce moment n’aide pas non plus.

Ma vie dans le Nord est celle que j’ai choisi, dans laquelle je me sens bien et où je suis heureuse. Et c’est ça ce qui compte.

Je vous embrasse.

5 Commentaires

  1. Arnaud
    1 octobre 2020 / 7 h 32 min

    Bravo Delphine pour ce superbe article très bien écrit et chargé d’émotions !
    Très heureux d avoir croisé ton chemin pendant ces quelques années 😉
    Tu fais sans contexte partie de la grande et chaleureuse famille des Chtis !

    • dailydelph
      Auteur
      1 octobre 2020 / 22 h 26 min

      Quel bonheur de lire ces lignes ce matin ! Merci d’avoir pris le temps de me lire et surtout de garder ces liens malgré les années et la distance ! GEGN Forever 🙂 Mille bises

  2. Loulette
    27 septembre 2020 / 7 h 48 min

    Magnifique article, émouvant de sincérité. Merci de partager tout ça avec nous.
    Ça donne envie de partir à l’aventure, d’aller vers l’inconnu, de quitter sa zone de confort… On a tout à y gagner, la preuve avec ton parcours !
    Bravo à toi ! Hâte de voir la suite de tes projets 🙂

  3. Gharbi
    26 septembre 2020 / 19 h 56 min

    Très bien écrit avec beaucoup de sensibilité voire une certaine émotion par moment un admirateur inconditionnel ton père

  4. Paula
    26 septembre 2020 / 16 h 35 min

    Tu peux être fière de toi et de ce parcours !
    Bravo 🙏🏻

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.